Ecrire pour deux publics

deux publics

« Pourquoi, lorsque l’on est un écrivain connu et reconnu, ressent-on le besoin de publier de la littérature pour la jeunesse ? »

Voici quelques hypothèses

Ont-ils envie de laisser une trace pour leurs enfants ou alors le désir de créer une relation privilégiée enfant-parent?

Ou s’inspirent-ils plus simplement des questionnements et réflexions des enfants pour « créer » de la littérature pour les plus jeunes? Le récit « La petite marchande de rêves » a été imaginé par Maxence Fermine à partir d’ un rêve de sa fille.

Souhaitent-ils développer leur notoriété? Un bon moyen aussi de ferrer les jeunes lecteurs qui, plus tard, poursuivront avec les romans pour adultes?

Une troisième hypothèse pourrait également être avancée. Écrire pour la jeunesse est un exercice délicat, un challenge. Notamment parce que, suivant le public auquel l’auteur s’adresse, une série de contraintes apparaissent, qu’elles soient d’ordre stylistique ou psychologique.deux publics 2

Autre argument en faveur de l’édition jeunesse: c’est un secteur ultra-créatif et dynamique qui se porte bien .

Certains ont aussi le désir d’explorer toutes les facettes de leur personnalité.

« J’ai découvert le bonheur qu’il y avait à alterner les deux genres qui révèlent chacun une part de ma personnalité. Mes livres pour les adultes sont en général assez sombres, ceux pour les enfants sont gais et toniques.» Jean-philippe Arrou-Vignod.

Un exercice stimulant ? Le passage d’un lectorat à l’autre est aussi particulièrement exaltant, témoignent certains écrivains. « La littérature jeunesse est un laboratoire, un lieu d’une grande liberté, dont les effets et expérimentations servent à la littérature adulte », observe Martin Page,

Ou bien envisager cette écriture comme un simple petit détour sur leur route toute tracée, et nous offrir, l’espace d’un instant, leur contribution à la littérature jeunesse.?

En résumé : écrire pour deux publics ce serait: transmettre, se renouveler, expérimenter ou retrouver une part d’enfance

En France, des talents confirmés – Olivier Adam, Christian Oster, Geneviève Brisac, Anna Gavalda… ou encore Daniel Pennac– trempent ainsi régulièrement leur plume dans l’eau de jouvence.

Un exemple : La double vie de Daniel Pennac

Daniel Pennac - L'oeil du loup.

Lauréat 2007 du prix Renaudot avec Chagrin d’école, Daniel Pennac mène avec brio cette double vie éditoriale depuis ses débuts. Édités dès les années 1980, ses livres Cabot-Caboche, L’Œil du loup ou la série Kamo sont des classiques plébiscités par les enseignants, et touchent maintenant les enfants de ses premiers lecteurs ! Un réjouissant paradoxe pour cet ex-cancre, auteur du célèbre livre « Les dix droits du lecteur » .

Son dernier ouvrage pour adultes, « Journal d’un corps », exclusivement centré sur les découvertes, les surprises sans fin que nous réserve notre corps est un journal impudique, sans tabou.

On citera aussi une création originale : « Le roman d’Ernest et Célestine » en octobre 2012, qui s’attaque presque à un mythe et revisite avec bonheur des petits morceaux d’enfance.

A l’étranger : surprenant Henning Mankel

les ombres_Le phénomène est aussi courant à l’étranger. Avec « Les ombres grandissent au crépuscule », roman jeunesse paru récemment au Seuil, le suédois Henning Mankell n’en est pas à son coup d’essai. Auteur réputé de romans policiers, connu en France pour son célèbre inspecteur Wallender, l’écrivain suédois oublie régulièrement les scènes de crime pour se consacrer à d’autres univers, dans un pays où la littérature enfantine bénéficie d’un statut bien plus élevé qu’en France : le prix Alma est la plus importante distinction du livre jeunesse dans le monde. Il a déjà écrit six romans pour la jeunesse.

Dans son dernier ouvrage pour la jeunesse, il nous brosse un portrait sensible et fantaisiste d’un jeune garçon de 12 ans, Joel, qui ne connaît rien à la vie, qui vit dans sa bulle et a un esprit débordant d’imagination. En tentant de faire le bien , il va se confronter à la violente réalité du monde des adultes. Un voyage initiatique parsemé de personnages loufoques. Un roman poétique et décalé .

Auteurs communs Adultes//jeunesse

Ecrire pour deux publics

ADAM, Olivier

ARROU-VIGNOD, Jean-Philippe

AUBERT, Brigitte

BEGAG, Azouz

BENAMEUR, Jeanne

BRISAC, Geneviève

BRUSSOLO, Serge

CALVINO, Italo

CASSIDY, Anne

DAENINCKX, Didier

DESPLECHIN, Marie

FONTENAILLE, Elise

FERMINE, Maxence

FOURNIER Jean-Louis

GARNIER Pascal

GAVALDA, Anna

JAOUEN, Hervé

JUBERT, Hervé

LE CLEZIO, Jean-Marie

LOUDES, Jean-Yves

MANKEL, Henning

MAZETTI, Katarina

OLLIVIER, Mikaël

OSTER, Christian

PENNAC, Daniel

PINGUILLY, Yves

ROWLING, J.K.

SEPULVEDA, Luis

SMADJA, Brigitte

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s